Refous_Final_edited.jpg

Éducation

Adolfo Sánchez

Vraiment apprendre

Il y a un jour, il y a près de vingt ans, j'ai reçu un appel du Réfous. C'était Piedad de me dire d'aller à l'école parce que Monsieur voulait me parler. Je commençais ma vie professionnelle en tant qu'ingénieur industriel dans une entreprise pharmaceutique, après avoir été en France, dans une belle ville appelée Aix-en-Provence, où, en plus de dépoussiérer ce que j'avais appris dans les cours de français à l'école, J'avais étudié l'apiculture. Monsieur savait que j'étais rempli de rage et de tristesse d'avoir quitté les salles où il enseignait les mathématiques pour passer ses journées enfermés dans un immeuble, devant un ordinateur, dans ce que j'appelais, avec le plus grand mépris, le monde de l'entreprise.

 

Monsieur m'a dit qu'il allait ouvrir un cours d'apiculture professionnelle et voulait que je sois professeur. J'étais excité et j'ai immédiatement accepté. Pendant que nous nous promenions dans l'école à la recherche du meilleur endroit pour le rucher, Monsieur m'a dit que son grand-père avait eu des abeilles et que, enfant, il l'avait accompagné à plusieurs reprises pour leur rendre visite; Il m'a dit qu'ils ne portaient ni costumes ni fumeurs, seulement la fumée de tabac que son grand-père fumait. Après un certain temps, nous avons trouvé l'endroit idéal: c'était un endroit près du verger, où commence la montagne, un endroit magnifique et un peu mystérieux, protégé par un rocher, entouré d'arbres et de fleurs, avec une vue privilégiée à l'est . Un vrai refuge plein de vie.

 

Après notre promenade, Monsieur m'a appris qu'une bonne classe ne peut jamais être comme une "visite guidée d'un musée". Il a utilisé comme exemple un cours de philosophie dans lequel les élèves, au lieu de vivre la philosophie, s'assoient pour écouter un enseignant qui leur dit: «C'est Socrate et ce sont ses idées principales. De cet autre côté est Platon ... ". Il a insisté sur le fait que dans le cours d'apiculture, les étudiants devaient faire des choses, pas moi. Ce n'est pas que j'ai monté un rucher sur eux, puis je les ai promenés pour voir les abeilles. Ils ont dû apprendre à faire tout le travail qui se fait vraiment dans un rucher.

 

Apprendre à faire les choses pour de vrai, que ce soit artistique, pratique, manuel, intellectuel, abstrait ou concret, fait partie de l'essence de Réfous. Les vocations et les mathématiques en sont d'excellents exemples. Lorsque nous apprenons à cultiver, à tisser, à cuisiner ou à travailler de l'argile, nous apprenons à faire quelque chose pour de vrai, nous devons nous salir les mains. De la même manière, lorsque nous jouons avec les bandes, les flèches colorées et les décors, nous apprenons de vraies mathématiques. Explorer Pi pointillé, P neuf ou la topologie habituelle est infiniment mieux que de répéter les tables de multiplication comme des automates ou d'exécuter des opérations de base encore et encore, si ce que vous voulez, c'est apprendre à penser vraiment, rigoureusement et de manière créative.

 

En suivant les instructions de Monsieur, j'ai essayé de faire apprendre à mes élèves comment installer un rucher, prendre soin des abeilles et récolter les différents produits de la ruche. Tous les samedis, après avoir parlé à Monsieur, j'ai rencontré mes élèves et ensemble nous sommes allés à notre salle de classe: une clairière dans les bois où nous avons lu, discuté, joué et partagé de la nourriture avant d'allumer les fumeurs et de se préparer à entrer dans le rucher . Sans le savoir, chacun de mes étudiants m'a aidé à reprendre goût à la vie après ce court passage dans le monde affreux des grandes entreprises. En enseignant l'art d'élever des abeilles, j'ai appris beaucoup de choses, j'étais heureux et encouragé à prendre des décisions importantes.

 

Peu de temps après avoir commencé à enseigner l'apiculture au Réfous, j'ai décidé de me consacrer pleinement à l'éducation, non plus comme une activité parallèle mais en faisant de l'apprentissage et de l'enseignement mon métier, mon mode de vie. J'ai quitté mon emploi d'ingénieur, je suis retourné à l'université pour faire une maîtrise en éducation et j'ai continué à aller au Réfous tous les samedis. Je pense que Monsieur a aimé ma décision; Il m'a toujours soutenu et encouragé, mais il m'a aussi fait voir à quel point j'étais loin d'être un vrai professeur. Au fil du temps, et grâce à lui, j'ai compris que n'importe qui peut donner une explication, et que certaines personnes expliquent mieux que d'autres, mais cela n'a pas grand-chose à voir avec un bon professeur. Être un bon enseignant est quelque chose de beaucoup plus complexe que de bien expliquer.

 

Chaque samedi, je venais très tôt à l'école pour parler à Monsieur avant d'aller au rucher. Il écoutait toujours de la musique; Je me suis demandé s'il savait ce que nous entendions et quand j'ai répondu non, ce qui était presque toujours le cas, il m'a appris. Ensuite, je me suis demandé ce que j'avais encore fait, ce que j'avais appris, quelles idées j'avais pour le cours d'apiculture et quand nous allions avoir du miel. Je me suis également demandé ce que je savais sur un sujet et ma réponse, comme pour la musique, était presque toujours que je ne savais rien. Monsieur a écrit une référence sur une carte à découper, me l'a tendue, m'a regardé et m'a dit d'une voix ferme: "Pour la semaine prochaine!" C'était ma tâche. Habituellement, c'était quelque chose d'éducation, de philosophie ou de mathématiques.

 

Nous avons eu ces discussions pendant environ seize ans. Au début, quand j'étais professeur d'apiculture, nous nous promenions dans l'école tout en parlant. Puis, au fil des ans, les promenades sont devenues plus courtes et le temps que nous avons passé assis dans l'un des jardins de l'école est devenu plus long. Finalement, ces dernières années, nous sommes restés au bureau tout le temps, nous n'étions plus seuls, il y avait beaucoup de silences - qui n'étaient nullement inconfortables - et je suis resté avec lui presque toute la matinée. À la mort de Monsieur, j'ai ressenti une profonde tristesse, une peur et un immense vide. Comme je m'ennuie de ces entretiens avec Monsieur, mon grand professeur, dont je me souviendrai toujours avec une infinie gratitude!