Refous_Final_edited.jpg

Éducation

Adolfo Sánchez

Apprenez toute la vie

L'éducation est une chose complexe qui peut être abordée sur de nombreux fronts. Comme dans le football, en plus des joueurs - professionnels et fans -, il y a aussi des régulateurs, des hommes d'affaires et des commentateurs. Alors que certaines personnes apprennent et enseignent, d'autres écrivent des lois, d'autres se concentrent sur les statistiques et d'autres sur la formulation d'opinions et d'interviews, il y a même des politiciens qui utilisent le mot éducation comme slogan de campagne. Je suis convaincu que ce qui est vraiment constitutif, ce sans quoi il n'y aurait pas d'éducation, ce sont ces moments magiques où quelqu'un, grâce à ses efforts, parvient à comprendre ce qu'il n'a pas compris ou à faire ce qu'il ne pouvait pas faire auparavant. Par conséquent, je vais me concentrer sur ces merveilleux moments pour vous parler, Refousians, dont je me sens proche même sans vous connaître, de la beauté de l'éducation et pour vous inviter à continuer d'apprendre le reste de votre vie.

 

Essayez de vous souvenir du moment où vous avez pu faire quelque chose pour la première fois: faire du vélo sans roues, nager sans flotteur, lire tout droit, communiquer avec quelqu'un dans une langue autre que sa langue maternelle. Qui avait ce sentiment incroyable et difficile à atteindre de comprendre enfin MM7? Je me souviens très bien de l'éclat dans les yeux de certains de mes élèves lorsqu'ils ont finalement compris ce qu'était un système fondamental de quartiers. Pouvez-vous imaginer combien il est merveilleux de vivre ces moments au quotidien, dans votre propre chair et celle des autres, à travers ceux qui apprennent avec vous? Eh bien, c'est la vie d'un enseignant et c'est pourquoi la joie de ses élèves finit par être sa propre joie. Grâce à Monsieur Jeangros, j'ai compris que consacrer la vie à l'éducation, c'est vivre à la recherche de ces moments magiques et cela rend la vie belle.

 

Un jour, quand vous étiez bébé, vous avez découvert que votre mère souriait si vous souriez et qu'elle répondait lorsque vous émettiez un son. À cette époque, vous étiez déjà plongé dans un processus d'enseignement et d'apprentissage. Grâce à ce jeu de services et de réponses, comme l'appelle le professeur Jack Shonkoff (2016), vous avez créé et renforcé des connexions neuronales, et ainsi construit littéralement une partie de l'architecture de votre cerveau. Le professeur Shonkoff lui-même et son équipe du Center on the Developing Child de l'Université Harvard disent que nous pouvons continuer à apprendre tout au long de la vie. S'il est vrai que la capacité de développer notre cerveau par des expériences d'apprentissage est très élevée au cours de nos premières années de vie puis diminue progressivement avec l'âge, et qu'elle nécessite de plus en plus d'efforts de notre part, elle ne devient jamais nulle Nous sommes en vie. Nous pouvons toujours continuer à apprendre et chaque fois que nous le faisons, nous continuons à nous construire et à nous renforcer, à tout âge.

 

Comprendre l'éducation en termes de moments magiques dont j'ai déjà parlé me ​​fait énormément apprécier les approches pédagogiques qui nous permettent d'apprendre pour le plaisir d'apprendre et de nous éloigner de la vision principalement utilitaire de l'éducation. Cependant, il semble que l'idée selon laquelle le principal objectif de l'éducation est d'améliorer les possibilités des personnes d'entrer sur le marché du travail semble prendre de plus en plus de force et, par conséquent, seul ce qui est utile devrait être enseigné, au sens économique. Dans cette perspective triste et très limitée, la recherche et les efforts visant à améliorer la qualité de l'éducation devraient se concentrer sur la recherche de moyens de plus en plus efficaces pour obtenir de meilleures performances, ce qui à son tour devrait se traduire par des scores plus élevés aux tests standardisés. Je ne pense pas qu'il soit mal de préparer les gens au travail, mais il me semble une erreur de supposer que c'est le but ultime de l'éducation. Je comprends que pour ceux qui ne vivent pas les défis et les joies quotidiennes d'une salle de classe ou de tout autre endroit où il est vraiment enseigné et appris, il est difficile de comprendre qu'une bonne éducation n'a pas grand-chose à voir avec des tests et des classements standardisés. de performance ou d'accréditation institutionnelle.

 

Dans son livre What Money Can't Buy, le professeur Michael Sandel (2012) dénonce l'intrusion de la mentalité de marché dans presque tous les domaines de l'expérience humaine. Dans l'éducation, par exemple, il présente le cas d'une école aux États-Unis qui a lancé la stratégie de payer de l'argent aux enfants de deuxième année pour chaque livre qu'ils lisent. Le fait que beaucoup considèrent cela comme une chose positive montre que l'éducation a le défi d'échapper à la vision entrepreneuriale pour ne pas se réduire à un simple mécanisme qui annule la belle complexité de l'être humain en quête d'efficacité. Ernesto Sábato (1951), dans son livre Men and Gears, et Jean-Michel Besnier (2012), dans son livre L'Homme simplifié, nous ont avertis il y a longtemps du danger de réduire l'être humain à une unité productive et interchangeable dont la vie peut être mesurée en termes d'indicateurs de développement.

 

Les êtres humains doivent aspirer à plus, vous devez aspirer à plus, et l'éducation doit garantir que ces aspirations puissent se réaliser. Vous et moi avons eu la chance d'étudier dans un collège qui protège autant que possible les gens de cette voix qui les engourdit tout en leur disant à quoi ils peuvent aspirer, combien ils doivent consommer et, finalement, comment ils devraient vivre. À l'école Réfous, l'éducation est prise au sérieux, c'est pourquoi nous sommes traités comme des étudiants et non comme des clients, c'est pourquoi ils nous demandent, ils ne nous donnent jamais rien que nous n'ayons pas gagné avec effort, et grâce à tout cela, nous apprenons que nous sommes des êtres capables. Dans notre école, nous apprenons que vous pouvez vivre de différentes manières, en marchant sur le chemin que chacun de nous choisit, sans avoir à s'adapter à ce qui existe déjà, en apprenant toute sa vie. Quelle chance nous avons eu d'avoir grandi à l'école Réfous, l'oeuvre et la vie du grand Roland Jeangros!

Besnier, J. M. (2012). L'Homme simplifié: Le syndrome de la touche étoile. Fayard.

Center on the Developing Child at Harvard University (2016). From Best Practices to Breakthrough Impacts: A Science-Based Approach to Building a More Promising Future for Young Children and Families. Récupéré de www.developingchild.harvard.edu

Sábato, E. (1951). Hombres y engranajes. Emecé.

Sandel, M. J. (2012). What money can't buy: the moral limits of markets. Macmillan.